27 oct. 2016

Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks - Ben



Un film d’animation pas plus spécial qu’un autre, mais que j’attendais depuis un certain temps étant un fan de… enfin vous verrez. On va parler du film Zutto Mae Kara Suki Deshita, en passant par HoneyWorks et les Utaites. Ca en fait des choses.

Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks
    
    “Nous suivrons dans Zutto Mae Kara Suki Deshita le quotidien d’un groupe de lycéen japonais, dans leurs meilleurs moments, comme dans leurs moments difficiles.”

    Oui oui oui, c’est de la romance, oui oui oui. Audrey n’aime pas ça… Ah oui oui ah oui oui. Zutto Mae Kara… Vous savez quoi je vais l’appeler “le film” ou “le film d’HoneyWorks” car oui pour ceux qui connaissent HoneyWorks, ce film est leur film. Pour ceux qui ne connaissent pas, ne vous en faites pas, papa jaune est là.    
    Il a été publié par Aniplex le 23 Avril 2016 au Japon et n’a été publié en vostfr que le 21 Octobre 2016 sur des sites comme ADkami (PUUUUUB). Comme je l’ai déjà dit, c’est un genre amour/amitié, comédie, drame et “tranche de vie” à savoir que l’on suit le quotidien d’un groupe de lycéen. Il dure un peu moin d’une heure. Ce n’est pas vraiment une oeuvre originale car l’histoire est déjà plus ou moins expliqué si on suit les différentes musiques d’HoneyWorks. D’ailleurs, parlons-en.
logo Honey Works HoneyWorks qui peut être prononcé “Haniwa” vit le jour en 2011. C’est un groupe japonais ayant pour chanteur des vocaloids (Les vocaloids sont ces chanteurs artificiels japonais, la plus connue étant Hastune Miku, ça vous dira sûrement quelque chose). Même si les chanteurs sont des vocalos, la musique elle est réelle et jouée par un réel groupe, celui d’Haniwa.  
Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks
La majorité de leurs musiques parlent d’une histoire d’amitié, d’amour et parfois de rivalité amoureuse. Cependant, peu importe le sujet, elles seront toutes festives, joyeuses, douces, nostalgiques enfin bref, elles sont agréables à l’écoute.
    Comme de nombreuses musiques, elles possèdent des clips et ce sont grâce à ces vidéos que l’on peut relier la musique d’Haniwa à un manga. Eh oui Jamie : la musique parle d’une histoire qui peut arriver à tout le monde (ou pas… en tout cas pas à moi), et le clip l’illustre avec des personnages, avec SES personnages. Ces derniers revenant très régulièrement dans les différents clips des différentes musiques fait que, si l’on en écoute pas mal et qu’on s’attarde une ou deux fois sur les clips, on peut conclure que ce que nous propose HoneyWorks relève complètement du manga animé. Une musique nous parlera d’une relation amoureuse, une autre nous parlera de qui sont les personnes concernés, il faut presque considéré chacune de leurs musiques comme étant un tome d’un manga. J’ai trouvé le concept génial et je me suis pris au jeu.
    En plus de ça les dessins sont très bien réalisés, les personnages sont beaux/belles, mignon/nes et attachant/es (OK j’ai montré que des personnages féminins, mais elles sont pas trop mignonnes ? HEIN ? KAWAAAAAAAIIIIIIIIIII, les principaux sont dans l’image tout en haut).  Il n’y a pas vraiment d’animation dans ces clips car les images avancent tel un powerpoint, à la manière de la lecture d’un manga papier.
    What about me ? Vous pouvez me dire ce que vous voulez, vous pouvez me juger maintenant je m’en fiche : j’adore HoneyWorks. J’ai essayé de comprendre, tant bien que mal, tout ce bordel amoureux qui n’est pas si bordélique en fait. Pourquoi ? Parce-que je me suis pris au jeu, je me suis attaché aux personnages alors qu’à première vu ce n’est même pas un manga. Comment se fesse ? Parce-que c’est beau, parce-qu’ils ont été fait pour être attachants, parce-que la musique maggle, la musique. Je ne comprends rien à ce qu’ils disent (et j’ai cherché les traductions, bon ce n’est peut-être pas si intéressant que ça à lire mais pourquoi pas) mais la mélodie, le côté joyeux, reposant et nostalgique de leurs musiques fait tout, tout, TOUUUUUUUT, et elles sont toutes comme ça, il n’y en a aucune que je n’ai pas aimé, aucune. Bien sûr il y en a que j’aime plus que d’autres mais toutes sont bonnes à écouter. Et les chanteuses ont toutes des voix magnifiques qui accentuent encore plus ces crtières qui rendent les musiques d’Haniwa géniales, à mon goût en tout cas.


    Attends, t’as dit voix ? Mais ce n’est pas du vocaloid ?


    Eh oui petit malin que tu es tu as trouvé le piège. Originellement HoneyWorks publient des musiques avec des voix artificielles, mais là interviennent les Utaites. Mais qui sont-ils/elles ? Dans le cas des vocaloids, les Utaites chantent à leurs places, des covers quoi. Eh oui, je n’écoute pas du vocaloid mais j’écoute les musiques d’HoneyWorks avec de réelles voix car je n’affectionne pas particulièrement le vocalo même si ça ne me gène pas d’en écouter par ci par là.
Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks

    Représentées ci-dessus, les avatars de certaines de mes utaites préférés… préféréEs pardon. Bah ouais j’ai une préférence pour les femelles. Dans l’ordre : Capi, Sana, Yuikonnu, Hanatan et Nameless, de leurs avatars du Wiki Utaite. Certains Utaites, féminins ou masculins, sont très populaires, par exemple Sana qui est clairement ma favorite a fait énormément de covers, et possède un album officiel avec HoneyWorks. Elles ont toutes d’incroyables voix qui vont très bien avec leurs styles de covers, sauf Hanatan qui arrive à faire n’importe quoi et très bien. Plus relié à  HoneyWorks, Capi et Sana ont des voix d’anges, ce sont des anges il n’y a pas d’autres explications, leurs voix se marient extrêmement bien avec le style d’Haniwa, beaucoup trop bien même, ça les rend encore plus agréables et relaxantes à écouter.
    Les Utaites ne font pas que des covers sur du vocaloid, il est probable qu’une musique d’un de vos jeux ait été chanté par un/une utaite, idem pour un opening ou ending d’anime par exemple : Kotoba No Iranai Yakusoku, ending n°33 de Naruto Shippuden est une musique d’HoneyWorks chantée par Sana. Un autre, opening 2 de Gintama 2015, Pride Kakumei une autre musique d’HoneyWorks chantée par CHiCO une talentueuse Utaite que j’apprécie beaucoup aussi. Bon on va essayer de passer au film quand même, si vous vous intéressez aux Utaites il y a le Wiki officiel, si vous vous intéressez à HoneyWorks, je ne suis pas un super pro mais je peux vous conseiller ou il y a les “HoneyWorks official” sur Youtube. Aller le Film, Zutto Mae… kakara.


Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks
   
    On suit donc dans ce film l’histoire des personnages d’HoneyWorks et on comprend finalement clairement ce qui se passe entre certains personnages même si tout n’est pas traité. Dans cette première version animée des histoires d’Haniwa, l'attention est portée sur une relation en particulier, qui est plus ou moins résumé en une seule musique (pour les curieux : Byoumei Koi Wazurai) avec quelques indices dans d’autres créations du groupe (vous avez vu l’expert). Cette histoire étant traitée, on peut donc espérer une suite de film parlant du reste des personnages.
    Les personnages, parlons-en. Pour une romance je n’ai pas trouvé les personnages… comment dire, chiants, je les ai même trouvé amusants. Il y a quand même des moments mous à regarder parce-que ça reste de l’amour/amitié mais j’ai trouvé ces moments moins lourds que dans d’autres animes parce-que les personnages n’ont pas été trop fait “coincés du slip” si vous voyez ce que je veux dire, oui vous voyez. Mais si vous savez le moment où ils se retrouvent en tête à tête et que plus personne n’ose rien dire, ouais voilà je savais que vous le saviez. Après, cette histoire “d’over-timidité” qu’on croise souvent dans la romance de manga, c’est peut-être comme ça que les japonais voient la chose et qu’ils vivent ça, ce qui est assez différent du point de vu occidental. Avec toute l’éducation basé sur le respect que les jeunes japonais ont pu recevoir, c’est peut-être normal que la romance japonaise soit différente sans être bizarre ni bidon, c’est mignon justement. Mais quand même il y a des animes faut pas pousser, dès fois t’abuses Japon, t’abuses vraiment. Et heureusement ça n’a pas été le cas pour Zutto truck. Enfin voilà c’était la parenthèse sur mon point de vu vis-à-vis de ça.
   Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks

Les dessins, l’animation, franchement rien à dire là-dessus. La qualité est là, les personnages sont beaux, mignons, attachants bien fait tout comme on peut les retrouver dans les clips des musiques. Pour moi, étant fan d’HoneyWorks j’ai trouvé une satisfaction à enfin voir ces personnages se mouvoir, ah ça oui j’étais content. Content le jaune. (l'image ci-dessus ne vient pas du film, je la trouve super belle c'est tout. T'as un problème avec ça ?)
Image de Zutto Mae Kara Suki Deshita & HoneyWorks
La musique maintenant, je n’en ai pas parlé dans mes précédents articles mais je devrais, autant commencer par là. Ce n’est pas une comédie musicale mais on peut retrouver des musiques d’HoneyWorks placées par eux-même à des moments précis du film. Il y a aussi des musiques d’ambiances calquées sur d’actuelles musiques d’Haniwa. Vous l’aurez compris, HoneyWorks jusqu’au bout, mais normal vous me direz, c’est leur film, et bien vous avez TOUT À FAIT RAISON. Les douces musiques de fond rendent le visionnage agréable autant sur le point auditif que visuel parce-que c’est un travail mielleux. Mielleux, Honey, travail, HoneyWorks vous avez compris ? Ma blague était NUL, PUTAIN. Honey plus à prendre dans le sens “douceur” “petit-ami” que “miel” je pense, enfin ça paraît plus logique. Ca veut aussi dire “cocotte minute”, aujourd’hui je parle du film du travail de la cocotte minute oui monsieur.
    Niveau scénario (ouais c’est peut-être ce que j’aurais pu entamer en premier) c’est vraiment du déjà-vu, quelqu’un qui cherche à sortir avec quelqu’un d’autre, mais qui y va par quatre chemins pour au final avoir un résultat concluant ou non, oui c’est du déjà vu, mais chaque anime à sa façon de traiter ça. Dans le cas du film d’Haniwa (putain comment j’me prends trop pour un japonais à dire Haniwa tout le temps), disons que c’est allé vite, et ce n’est pas plus mal parce-qu’ils n’ont pas beaucoup de temps et les personnages ont été pensé pour accélérer la chose, leurs côtés décontractés est fait pour ne pas passer par quatre chemin justement, mais plutôt par deux voire en un chemin légèrement courbé.

    Et toi le film tu l’as ?...


    Je l’ai aimé, oui, oui oui je l’ai aimé OUI MOI AIMER. Et en plus je m’attendais vraiment à quelque chose de super mou et assez long à regarder vu le context musical mais non pas du tout et ça m’a agréablement surpris. Après visionnage, HoneyWorks a encore monté dans mon estime. Le format film convient très bien sachant que l’on peut considérer les musiques forment l’anime. Ca a très bien résumé et expliqué ce que je n’avais pas forcément bien compris en m’intéressant aux clips. Non vraiment j’ai beaucoup aimé. Après, pour la plupart d’entre vous je pense que vous ne connaissiez pas HoneyWorks, la hype et l’envi de voir ce film vous sera donc moindre et c’est normal, mais si vous n’avez rien à regarder, regardez ça voilà. Oui tu vas regarder, tu vas même écouter du HoneyWorks maintenant. Si vraiment vous aimez la musique japonaise, ne passez pas à côté, c’était le conseil du jaune. Donc mon ressenti en une image :
image trop mignonne


Zutto Mae Kara Suki Deshita, une attente qui n’a pas été vaine. Le film est fidèle aux clips, les personnages répondent aux attentes, les musiques sont présentes et bien dosées. HoneyWorks a frappé très fort avec leur première animation et tout ce qu’on espère c’est une suite. Pour ceux qui ne connaissaient vraiment pas : si la musique japonaise ne vous fait pas peur, c’est une bonne chose à découvrir et laissez le génie d’Haniwa faire vibrer votre corde nostalgique.