3 nov. 2016

Kill la Kill - Audrey

Aujourd’hui est un grand jour, un jour nouveau. Enfin, plus exactement c’était hier soir vers 23h mais on va pas non plus chipoter. Il y a quelques mois, j’ai décidé de tester l’animé Kill la Kill sous les bons conseils de quelques amis, qui maintenant ne sont plus mes amis (non je rigole). Après de longs moments de doutes, de sentiments paradoxales, de combat avec des chatons bioniques, j’ai donc décidé, hier, le 29 octobre (oui parce que j'écris mes chroniques en avance tavu), d’arrêter pour la PREMIÈRE FOIS, un animé, alors que je ne l’avais pas complètement fini (il me restait environ 8 épisodes). Cependant, j’avais une bonne raison à cela :


Caca.




Vous aurez compris, aujourd’hui on va parler d’un animé qui ne m’a pas vraiment plu, même pas du tout. Cependant, cela ne veut pas dire que vous n’allez pas aimer non plus, alors tentez le coup !

Image de Kill la Kill



“L’histoire se déroule dans un lycée où les élèves possèdent des uniformes qui leur confèrent divers pouvoirs et capacités. Le conseil des étudiants, avec à sa tête Satsuki Kiryūin, règne avec une main de fer sur le lycée, c’est alors que Ryūko Matoi, une élève fraîchement transférée, se dresse face à leur tyrannie afin de découvrir qui est l’assassin de son père …”

Alors voilà, ça c’est le synopsis. Sympa me direz-vous? Non mais je suis d’accord avec vous, ça donne envie, ça a l’air cool. Sachez, et c’est très important pour la suite, que je ne connaissais pas le synopsis, je suis donc rentré dans l’histoire de façon totalement inconsciente de ce que j’allais voir par la suite. Je connaissais juste la tête du personnage principale.
C’est donc, très contente de pouvoir le regarder sur Netflix, que je me lance dans cette aventure :


Image de Kill la Kill


*Tousse*
Donc ça c'est un séant, plus communément appelé cul.
Voilà voilà. Et j'ai eu le choix dans les images sachez le.


Non plus sérieusement, dès le premier épisode j’ai compris que le synopsis voulait pas nous effrayer en nous disant tout simplement que les chères madames combattraient à moitié (même au ¾ on va être honnête) à poil. Bon, le premier épisode honnêtement, j’ai trouvé ça très drôle et très original.
Au bout du 5 ème ça commençait à devenir lourd, mais genre très lourd. Toutes les 3 secondes environ, dans chaque scène de combat on a des images subliminales de fesses ou de seins de chaque personnages, même si c’est super rapide, on me l’a fait pas à moi, et toc. C’est pas ce qui m’a le plus dérangé en fait, franchement, des scènes de fesses moi ça me dérange pas au contraire, je trouve ça drôle, QUAND C’EST PAS TOUT LE TEMPS. En plus au bout d'un moment j'étais habitué alors j'étais plus vraiment surprise.
Non le pire pour moi, ça devait être le scénario. J’ai pas du tout accroché, j’ai trouvé que c’était un peu brouillon et qu’on posait plein de trucs à la fois en mode “BOUFFE SPECTATEUR BOUFFE BOUFFE”. Et moi du coup, j’ai fait une petite overdose et même une grosse indigestion. A vrai dire, quand je regarde quelque chose généralement, je suis tellement à fond dedans que j’en bouffe tous les jours, dès que j’ai du temps libre. Dans ce cas là, je me donnais des excuses pour ne pas le regarder, je sais pas si vous vous en rendez compte, mais je préférais RÉVISER que de regarder un épisode de Kill la Kill. C’est quand même fort ça. Bon j'extrapole un peu, mais il est vrai que quand je me posais sur mon canapé, ma première pensée n’était pas pour cet animé.
Sachez donc que si vous cherchez un animé sérieux, celui ci ne vous intéressera pas. L'histoire est totalement déjantée, c'était un bon point au début, mais plus j'avançais, plus j'étais lassée. J'ai trouvé que tout était tourné en ridicule, rien n'était sérieux, et pourtant je suis la fille la moins sérieuse du monde, ça aurait du me plaire. Mais non, tout était trop poussé, trop trop... Y'a des animés où ça marche, d'autres où ça casse et pour moi dans ce cas, ça a cassé (Non je ne fais pas de la pub pour Brice de Nice).

Image de Kill la Kill
Cependant, je dois quand même avouer que pour avoir tenu un bon nombre d’épisodes, c’est que y’avait quelques points positifs, et pas des moindres.
L’animation est juste géniale, c’est dynamique, rapide, parfois elle est même juste ouf tellement elle est bien réalisée. Pendant certaines scènes, il m’arrivait même de mettre quelques secondes sur pause, histoire de pas avoir le tournis ou même de revoir ce qu’il se passe, juste pour le plaisir des yeux. C'est grâce à elle que je n'ai pas abandonné l'animé dès le début.
Le graphisme aussi est un bon point, le chara-design est super bien pensé même si y’a plus de couleur peau qu’autre chose vous l'aurez compris, je trouve que leurs caractères correspond parfaitement à la manière dont ils sont dessinés. Autant à certains moment le dessin est super simple, et je trouve que ça marche car l'animation compense le tout, autant d'autres fois, ils se sont bien embêtés !








Même si y’a un nombre important de personnages, surtout de secondaires, je trouve que chacun a sa personnalité propre et ça, même avec la pire mauvaise foie du monde, je peux pas le contester. Les personnages sont riches et haut en couleurs.



Image de Kill la Kill
D’ailleurs, un de mes personnages préférés, c’est lui, que j’ai affectueusement surnommé “homme téton”. Il n’y a pas de raisons particulières, mais j’aime ce personnage. Et puis de toute façon, cet animé n’a aucun sens alors j’ai pas besoin de poser un argument convenable au fait que ce personnage, dont les tétons s’illuminent, est un de mes préférés. J’ai bien dit que ses tétons s’illuminent, en rose qui plus est.
SES
TETONS
S’ILL….
Bon c’est bon vous avez compris.







Niveau musique ça cassait pas trois pattes a un canard (j’ai toujours aimé cette expression), en fait ça m’a pas vraiment marqué c’est pour dire… J'étais tellement absorbé par l'animation que j'entendais plus rien (et de toute façon je suis sourde).



Image de Kill la Kill

En résumé, ce qui m’a le plus bloqué, c’est l’histoire et généralement, quand on accroche pas, c’est mortel. Peut être que je le retenterai une prochaine fois, quand je serai sorti de mon overdose de fesses. J’espère ne pas vous avoir dégoûté tout de même et que vous allez quand même essayer, beaucoup de gens ont adoré, alors n’ayez pas peur, lancez-vous !