2 mars 2018

Le Pokémon de la tendinite au poignet !



Vous en avez marre de jouer à Pokémon ? D’envoyer au combat vos pokémons pendant que vous vous tournez les pouces ?
Sachez qu’il existe une autre façon de jouer à Pokémon (parmis tant d’autres ) !


La boite DS du jeu Pokémon ranger






Je vous présente donc aujourd’hui la série des Pokémon ranger, plus particulièrement celui que je viens de finir fraîchement, Sillages de lumière (sachant que j’ai joué il y a très longtemps au deux premiers mais je m’en souviens plus du tout du tout lelelelel).









Alors, kécécé le principe dans ce jeu là? On incarne un Pokémon ranger (oui les dresseurs nuls du jeu de base lelelel !), un personnage qui a pour but de protéger tous les Pokémons grâce au “Capstick”, une espèce de toupie avec laquelle le ranger se lie d’amitié avec un Pokémon sauvage. Le joueur va donc, tel un idiot, entourer le Pokémon avec son stylet (comprenez “violer son écran avec son stylet”) jusqu’à remplir une jauge d’amitié qui change en fonction du Pokémon. Mais attention, le Pokémon ne se laissera pas faire et vous attaquera, il faudra donc faire attention à ne pas vous faire toucher pour ne pas perdre d’énergie !


Un moment de capture dans le jeu Pokémon ranger


On retrouve à peu près tous les principes du jeu de base, comme les CS qui sont remplacées en quelques sortes par les capacités terrains, la capture de Pokémon légendaires, ect… En plus de tout ça, lors de vos captures, les Pokémons de votre équipe peuvent vous aider à remplir la jauge puisque les faiblesses entre les types sont présentes aussi. Sans oublier votre petit Pokémon partenaire, ici un petit Pichu avec un Ukulélé (ui).

Comme je l’ai dit plus haut, je vais vous parler du dernier opus en date, Sillages de lumière. Bon, qu’on soit clair, niveau histoire c’est un peu cucul, je ne m’attarderais pas dessus ! J’ai été agréablement surprise du temps de jeu, je m’attendais à carrément moins long, et pourtant le jeu a tenu à peu près 15h et ça, sans le 100% ! Et oui, après l’histoire principale, on trouve une petit quête post game, des quêtes secondaires, un espèce de monde parallèle avec d’autres quêtes, sans oublier le remplissage du Pokédex a 100% avec, pourquoi pas, une note de capture S pour chaque Pokémon ! D’ailleurs actuellement, je suis en pleine épopée du  100% parce que j’aaaaaaime trop finir mes jeux en 100% blabla, j’suis un peu une fofolle !

Et maintenant, on va directement passer aux choses sérieuses ! Oui, ce jeu change carrément du jeu de base ce qui est plutôt plaisant et c’est assez agréable. Cependant, au delà de l’histoire un peu bateau mais ça passe, je trouve qu’il y a un réel problème de difficulté dans ce jeu (mais dans mes souvenirs je crois que j’avais un peu plus galéré pour le premier opus). Alors, oui, quand vous envoyez vos Pokémons amis vous aider (à part Pichu) et qu’ils se font toucher par l’attaque du Pokémon ennemi, ils prennent leur clic et leur clac et se barrent de votre équipe. Mais, généralement, si vous placez vos Pokémons au bon moment, la capture devient très facile, surtout si vous invoquez votre petit Pichu. Et ça, c’est plutôt dommage si vous cherchez un peu de sel dans votre soupe (Sinon allez sur League of Legends, c’est plus simple !)

Un meme sur Pokémon




Mise à part ce petit problème, Pokémon Ranger est un jeu assez marrant et reposant, et oui, ça calme de faire des petits ronds et de voir le petit Pokémon en panique se dire “OH MON DIEU C’EST QUOI CA AAAAAAH AKSPAKSASSJIAJS” et courir partout jusqu’à l’épuisement… 

C’est le genre de jeu “calme” qui te rend zen après avoir fait un bon rpg qui a duré 50 ans.