8 févr. 2017

Quand on vous dit que les chats domineront le monde - Demain les chats


Couverture de Demain les chats


Demain les chats
Auteur : Bernard Werber
Editions : Albin Michel
309 pages

A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.”




C’est avec beaucoup de curiosité que je découvrais Bernard Werber (merci belle-maman !) avec les livres Nos amis les humains ou L’arbre des possibles il y a quelques mois de cela. C’était une très belle surprise pour moi, je trouve que Werber pose des problèmes éthiques et philosophiques très intéressants et c’est ce qui m’a le plus séduit dans ses livres.
Alors en plus, s’il sort un livre avec des chats, moi j’en pouvais plus.
Du coup, après l’avoir subtilisé à ma mère en toute discrétion (NINJA !), j’ai mis un peu plus d’une journée à le lire tant il se lit vite et simplement.

Vous l’aurez compris ce bouquin parle de.... TRACTOPELLES, BRAVO OUI VOILA C’EST BIEN CELA. Non en fait c’est de chats que ça parle. Mais pas de n’importe quel chat, plus particulièrement d’une jeune chatte au doux nom de Bastet (très classe) qui a une folle envie de vouloir communiquer avec “son” humaine d’une autre façon que par les miaulements, car à première vue, son humaine n’y comprend absolument rien. Oui, les chats ne nous appartiennent pas, c'est nous qui appartenons aux chats, tout n’est qu’illusion, sachez le. Du coup, elle rencontre son voisin chat, Pythagore, qui lui conte de nombreuses histoires dans le but qu’elle comprenne mieux l’histoire des chats sur cette planète afin de peut être réussir à trouver un moyen pour pouvoir communiquer avec les humains.Tout ce qu’il y a de plus normal dans une vie de chat quoi.
Alors déjà ce qui m’a marqué, c’est le fait que la description des chats est très représentative de ce que peuvent connaître les possesseurs de chat, et du coup c’est très drôle. Voilà moi on me met des chats et je suis contente de toute façon.
En plus de ça, les chats sont personnifiés (surtout leur réflexion), ça se remarque particulièrement à la fin (ouais comme ça vous serez obligé de lire jusqu’à la fin éhéhhéhéhé) et, pour le coup, ça m’a beaucoup plu. Chaque chat (essayez de dire ces deux mots rapidement vous allez voir c’est rigolo) a son caractère propre. Je ne dirais pas que je me suis identifié à un des chats (même si au niveau des poils ça se joue à pas grand chose) mais j’ai beaucoup aimé leur différents points de vue ou leur vision du monde. L’auteur le fait évoluer au fil des pages et des péripéties et je trouve vraiment ça cool, c’est une jolie métaphore d’ouverture d’esprit, qui semble carrément plus ouverte que chez certains humains soit dit en passant HMHM.
Notre ami Pythagore (je parle bien du chat, on est d’accord) fait donc un cours d’histoire entier à Bastet sur la vie entre les chats et les humains, et j’ai trouvé ça assez drôle et bien fait. C’est pas tous les jours qu’on peut lire ça et c’est tout à fait intéressant, ça nous met du plomb dans la tête (j'ai jamais compris cette expression) et ça affûte notre culture générale, on pourra toujours ressortir quelques bribes de la vie des chats lors d’un repas de Noël devant tonton André, c’est toujours bien. Dès qu’il y a des petits points infos ou de culture générale dans un livre, ça manque pas, ça me plaît. Et sachez que dans les livres de Werber, il y en a beaucoup !

Une image qui dit qu'on est intelligent En réalité, avant de lire ce livre, je m’attendais à une histoire assez simple qui parlait de chats, des trucs assez habituels en fait avec quelques touches de Werber. J’ai été carrément surprise, dans le bon sens, de voir où ça partait, parce que ça part quand même loin. Mais c’est ça que j’ai trouvé génial dans le fond, tu ne sais pas où t’emmène l’auteur mais tu le suis en lui prenant la main et en hochant de la tête (en bavant un peu aussi), à partir du moment où un auteur arrive à te faire ça, c’est qu’il a bien réussi son job d’après moi.
Je conçois que lire du Werber peut paraître assez déroutant au début, mais je trouve que son approche philosophique de l’humanité (ici donc par le biais de chats) est vraiment intéressante, assez simple quand même et vraie. J’aime les livres où on se remet en question par la suite et où on se grattouille le cerveau par moment, ce livre me correspond donc bien.
Donc n'hésitez plus à lire Werber de peur de ne pas comprendre, c'est accessible à tous et on apprend beaucoup !