24 mars 2017

Le doute est présent - Young Elites


Première de couverture du roman young elites



Auteur : Marie Lu
Éditions : Castelmore


Adelina a survécu à l’épidémie qui a ravagé son pays.
D’autres enfants, comme elle, ont survécu, la maladie laissant sur leur corps d’étranges marques. Les cheveux d’Adelina sont passés de noir à argenté, ses cils sont devenus blancs et une cicatrice barre la moitié gauche de son visage. Son père voit en elle une malfetto, une abomination, une disgrâce pour son nom et sa famille, synonyme de malédiction. Mais la rumeur dit que les survivants ont gagné davantage que des cicatrices : ils auraient acquis de mystérieux super-pouvoirs. Et, bien que leur identité demeure secrète, ces survivants ont déjà un nom : les Elites.”






Comme Marie Lu est l’auteur de la saga Legend et que j’ai eu un coup de coeur pour celle-ci, je me suis dit que j’allais lui faire confiance jusqu’au bout et commencer une nouvelle saga de sa plume.
Et en fait… Bah je sais pas si j’ai aimé ou pas. Y’avait des choses pas mal mais y’avait beaucoup de trucs qui ne me plaisaient pas aussi. C’est la première fois que ça m’arrive, j’ai pas compris mais bon ! Je continuerai la série seulement si je trouve les autres livres en occasion correcte.


Du coup, pour vous parler un peu de la bête, on suit Adelina, une madame qui a des pouvoirs un peu étranges et qui essaye de survivre dans un monde où les gens comme elles sont considérés comme des monstres. Elle rencontre un groupe de gens comme elle et du coup elle décide de rester parmi eux malgré les péripéties qui vont suivre. L'histoire aurait pu être bien, vraiment, même si elle n'est pas hyper originale. J’ai beaucoup aimé l’univers, il est vraiment sympa, ça m’a un peu fait penser à une Renaissance italienne, on est plongé dans un monde travaillé et formidable.  Mais y’avait juste un truc qui m’a énervé et c’est ça qui a un peu pourri ma lecture nom de dieu… Le personnage principal, Adelina, était juste hyper méga chiante et ça, c'est carrément con pour un livre. J’avais envie de la baffer, de la secouer, de lui dire “ARRÊTE TES CONNERIES NOM DE DIEU”, c’était juste insupportable. Elle se plaint quasiment tout le temps et ça m'a légèrement gonflé… Vraiment, faites de votre personnage principal une fille qui râle tout le temps pour des raisons inconnus, sombres et obscurs et vous êtes parti pour faire vivre à vos lecteurs des moments chargés d'amour. Lolmdrmdldl
Cependant,  tous les personnages ne sont pas aussi chiants, y’en a même qui m’ont beaucoup plu, notamment Teren qui cache une histoire plutôt intrigante mais aussi Raffaele dont j'aime beaucoup la personnalité.  Mais c'est vrai que le caractère et la façon d’être d’Adelina m’a vraiment refroidi.


En plus de ça, tu sais pas pourquoi, mais y’a une romance qui se crée en mode “il fallait que je foute une romance dans ce livre, hop ninja”. Déjà, vous avez compris, moi et les romances ça fait 50. Mais, parfois, quand c’est pas trop chiant ça passe. En l'occurrence, là, c’était la MERDE. Elle arrive d’un coup, comme un bon vieux préjugé, “oh mon dieu c’est le premier mec que je croise, je l’aime” NON CA NE SE PASSE PAS COMME ÇA NOM DE DIEU. En plus, on a le droit aux bons vieux clichés des familles, c’est assez relou. Ca pue le cucul et la niaiserie. Et en plus,  à un moment ça se transforme en triangle amoureux, c'était le coup de trop. J'ai trouvé le truc un peu bâclé, et c'est bien dommage car l’auteur aurait pu éviter certains gros préjugés.


Cependant, ce qui m’a remis dans le droit chemin de la lecture, c’est la fin. Ca, je l’avoue, c’était quand même épic et ça m’a donné envie de continuer. Ce sont les fins comme ça qui donne envie de continuer,  beaucoup de choses se passent en quelques pages, et toi tu es là “oh mon dieu je comprends plus rien c'est génial “

Du coup,  je laisse cette série en suspens pour le moment,  jusqu'à trouver les autres tomes en occasion.  En réalité, j'ai pas grand chose à dire sur ce livre, en fait j'suis même un peu perdu (FIRST TIME OMG), d'habitude je sais tout de suite si j'ai aimé ou pas, mais là... C'est une première fois pour moi et J'AIME PO trop ça.